Site Search  
RSS feed
Teacher Newsmagazine Volume 16, Number 5, April 2004

Un leadership qui continue de séduire !

Le mois dernier, les journaux à travers le pays ont rapporté le succès des élèves d’immersion en lecture. Une étude publiée le 22 mars par Statistiques Canada indique que les élèves en immersion dans toutes les provinces sauf le Manitoba obtiennent des résultats en lecture supérieurs à leurs homologues dans les classes anglaises.

Un certain nombre de facteurs contribuent à ce succès et on souligne entre autres la motivation des parents et les antécédents familiaux. Peu importe les raisons, ce qu’il faut retenir c’est que le programme d’immersion continue à atteindre les résultats de bilinguisme et de biculturalisme fixés par les instances provinciales en éducation et continue de répondre aux espoirs des milliers de parents qui optent pour ce programme. Qu’ils le sachent ou non, ces parents font preuve de leadership national car ils relèvent avec conviction et ténacité les défis qui se retrouvent tout le long du parcours scolaire en immersion. Plusieurs avaient travaillé avec acharnement à l’implantation d’un programme d’immersion dans leur région et nombreux avaient accepté d’entreprendre une aventure dans un univers pédagogique inconnu. L’immersion dans les années ‘70, c’était une nouvelle aventure scolaire, une approche pédagogique innovatrice qui promettait de rendre bilingue les enfants d’âge scolaire. L’immersion canadienne aujourd’hui, c’est une approche pédagogique exemplaire qui sert de modèle à moult pays. De quoi être fiers !

L’introduction de l’immersion dans notre système éducatif, il y a de cela plus de vingt-cinq ans, a transformé le paysage canadien. Ce mouvement éducatif, au fil des années, a contribué à un changement de culture. Le gouvernement canadien a encouragé les premières initiatives des parents qui voulaient rendre bilingue la nouvelle génération et continue de contribuer aux succès des programmes dans les provinces. Les attentes exprimées dans le Plan d’action pour les langues officielles du gouvernement Chrétien doivent se concrétiser sous le gouvernement Martin. La profession enseignante de la Colombie-Britannique doit être vigilante afin que les actions proposées dans le plan soient mises en œuvre.

Le mouvement d’immersion a aussi contribué discrètement au rehaussement de la vitalité des communautés de langue officielle en milieu minoritaire. On n’a qu’à remarquer les actions entreprises par divers gouvernements provinciaux pour améliorer les services et programmes à la communauté francophone. Le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique a proclamé officiellement le 20 mars Journée de la Francophonie. Pour nous qui véhiculons dans la communauté francophone depuis des décennies, c’est avec un certain sentiment d’accomplissement que nous avons célébré cette journée.

Les enseignants en immersion et au programme francophone sont les agents de première ligne de ce changement. Ceux qui oeuvrent depuis les débuts se rappelleront la pénurie des ressources et de personnel; mais ils se rappelleront aussi l’entraide qui existait dans les équipes pédagogiques, ce qui assurait une éducation de grande qualité. Continuez à vous inspirer les uns les autres par des initiatives locales et régionales ; appuyez les activités d’associations telles que l’APPIPC et l’ACPI; faites la promotion d’une éducation en français à travers un enseignement exemplaire.

Il faut garder la barre haute ! Il faut que l’enseignement que reçoivent les élèves francophones et francophiles soit de la plus haute qualité, peu importe la région où vous travaillez. En tant que professionnels dans le milieu de l’éducation en langue française, vous assumez tous un rôle d’influence auprès de collègues, de parents et d’élèves. Cette influence varie certainement d’une personne à l’autre dépendant de son niveau d’éducation, de ses expériences, de sa réputation et de ses croyances. Et surtout de ses convictions personnelles ! Mais peu importe votre niveau d’influence, vous réussirez toujours à convaincre parce que vous êtes vous-même convaincus. Et les succès que vos élèves obtiennent font preuve de votre conviction. Continuez d’approfondir le discours positif par rapport à l’immersion. Le pouvoir des mots est tellement puissant !

Le pouvoir des gestes l’est autant. En tant qu’intervenants dans le milieu de l’enseignement du français nous sommes convaincus de la valeur des programmes et des bienfaits pour les élèves et la société en général. Cette conviction, renforcée par des études telles que celle de Statistiques Canada, ne doit surtout pas nous monter à la tête au point où on n’écoute plus personne ou on fait fie des défis qui persistent. Plutôt, ses études nous fournissent des faits pour revendiquer ce qui contribuerait à l’amélioration des services éducatifs, à la rétention des élèves dans les programmes en français et à l’attirance des jeunes vers la profession de l’enseignement.

Le printemps est un bon moment pour évaluer l’année en cours, pour clarifier davantage les besoins et pour identifier les gestes à poser. Et qui mieux que les enseignants pour contribuer pleinement à une table de consultation. Invitez le personnel de coordination des programmes en français de votre conseil scolaire à organiser une telle consultation. Assurez-vous d’avoir l’occasion d’offrir une rétroaction et des suggestions pour l’avenir, que ce soit en comité scolaire, en équipe pédagogique, individuellement par l’entremise d’un sondage, d’un questionnaire ou d’une fiche de réflexion. En tant qu’enseignants, vous êtes proches des élèves, des parents, de l’administration et de vos collègues. Que vous le reconnaissiez ou non, vous êtes en position de pouvoir et en position d’écoute. Rappelez-vous l’impact des mots et des gestes.

Le rôle d’agent de changement que vous assumez consciemment ou non vous mérite les applaudissements les plus chaleureux de la part de la communauté dans laquelle vous travaillez ! Vous êtes de ceux qui façonnez le Canada de demain. Soyez-en fiers !

Dans cet article, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement pour alléger le texte.

Synopsis
Although French Immersion programs continue to be successful in terms of results and parent expectations, teachers must continue to be agents of change, a role that has enabled the Immersion and Francophone programs to remain a popular choice.

– Paule Desgroseilliers